L'Ascension du Kilimandjaro par la voie Machame

TZAGP0001

Les points forts de ce voyage
Grand Angle

  1. Encadrement francophone
  2. Dîner du 1er soir à Arusha inclus
  3. Présence d’un caisson hyperbare

Vos
experts

Thomas Praire

Thomas Praire

Directeur technique des voyages

Matthieu Offredi

Matthieu Offredi

Expert des voyages guidés en Europe

Informations
pratiques

Durée

9 jours

À partir de

2 095,00 €

Voir la liste des départs Voir la fiche technique Envoyez ce circuit à un ami Ajouter à ma sélection

Gravir le Kilimandjaro, toit de l’Afrique à 5895 m, avec ses neiges éternelles, est une expérience passionnante, qui permet d’accéder à ses rêves de monter à près de 6000m !
L'ascension vous fait découvrir une incroyable succession de paysages : savane, forêts tropicales et les prairies de séneçons géants, et enfin les neiges éternelles.
La Voie Machame vous mène au sommet. C’est une voie sauvage, en traversée, qui présente ainsi une variété importante de paysages. Le logement se fait en bivouac.
Le Kilimandjaro s’est formé tardivement, bien après le Grand Rift. Son activité volcanique a cessé voici environ 100000 ans. Il fait bien apparaître deux pointes, Kibo et Mawenzi, séparées par Saddle, la « selle ». C’est sur Kibo que se trouve le sommet : Uhruru Peak. Le cratère de Kibo est une caldeira, c'est-à-dire que son sommet a été décapité par une explosion volcanique violente. Il y a plus de 100 ans, la caldeira était recouverte de glaciers, fondus aujourd’hui. Désormais, seul reste le glacier Furtwangler (au sud-ouest), avec quelques blocs de glace au sud et à l’est.

Dates et prix

Nous mettons à jour les prochaines dates de voyage. Contactez-nous par téléphone au 04 76 95 23 00 ou par email à info@grandangle.fr pour toute demande.

Les prix comprennent

  • le vol aller-retour Paris - Kilimandjaro (selon l'option choisie)
  • les transferts internes
  • l'encadrement
  • l’hébergement
  • les repas pendant le trek

Les prix ne comprennent pas

  • les boissons
  • les pourboires
  • les vivres de course
  • les frais de visa
  • les assurances
  • les droit d'entrée dans le Parc National du Kilimandjaro (environ 750€, suceptible d'évolution, à rélger à l'inscription)
  • les frais d’inscription
  • tout ce qui n'est pas dans " les prix comprennent "

Pourboires

Véritable institution en Tanzanie, on ne peut y échapper ! (Sauf exception !)
Prévoir environ : Guide : 20 $ / jour ; Guide assistant : 10 $ / jour ; Cuisinier : 7 $ / jour ; Porteur : 3 $ / jour.

Itinéraire

J1

Début du séjour

Vol (généralement de nuit) France - Tanzanie

J2

Arrivée à Kilimandjaro Airport - Arusha

Un membre de notre équipe locale vous attendra à l'aéroport. Il vous conduira à votre lodge à Arusha. Notre correspondant vous expliquera en détail le déroulement du séjour et fixera un horaire de rendez-vous pour le lendemain matin. Temps libre l'après-midi, dîner et nuit à l'hôtel.

Etape
Temps libre
Hébergement

Nuit en hôtel à Arusha

J3

Transfert Machame village - Machame Hut (3050 m d'altitude)

Vous pouvez confier une partie de vos bagages à notre correspondant local, qui les entreposera au bureau de l'agence (ne mettez pas d'objets de valeur). Transfert vers 9h à Machame gate (1830 m). Formalités à l'entrée du parc national du Kilimandjaro, déjeuner puis début de l’ascension. Après environ 6 heures de marche, nous atteignons notre premier bivouac, Machame hut, à 3050 m d'altitude. Le trek commence par un sentier large dans la réserve forestière, avant d'entrée dans une forêt plus dense. Avec un peu de chance, vous pourrez observer des colobes et touracos. Dîner et nuit bivouac dans les bruyères géantes.

Hébergement

Nuit en bivouac à Machame Hut

Heures de marche

Entre 5 et 6h

Dénivelé +

1200m

Dénivelé -

1200m

J4

Machame Hut - Shira Camp (3840 m)

Très belle vue de Kibo, au départ de votre camp. Toujours dans la forêt, la pente se raidit, au milieu des bruyères, d'où tombent des lichens, illuminés par le soleil, et qui donnent une atmosphère surréaliste à l'environnement. On suit globalement une crête qui conduit ensuite dans un univers volcanique, avec peu de végétation, une montée un peu raide mais très courte avec quelques marches aménagées, nous conduisent au site de pique-nique. Il reste maintenant une traversée avant de déboucher sur le plateau de Shira. Durant cette partie, vous croiserez de petits ruisseaux, et surtout rencontrerez les premiers séneçons et lobélies. Le sentier est maintenant plat, légèrement descendant même, et vous ne tarderez pas à entrevoir au loin votre camp et vos porteurs. Durant la journée, le Kibo peut être couvert, mais vous pouvez être sûr qu'au crépuscule il se découvrira, illuminé par les lueurs du soleil couchant. A l'opposé, le Mont Meru disparaîtra petit à petit au-dessus des aiguilles de Shira. Dîner et nuit en bivouac à Shira camp, 3840 m. 

Hébergement

Nuit en bivouac à Shira Camp

Heures de marche

Entre 5 et 6h

Dénivelé +

900m

Dénivelé -

200m

J5

Shira Camp - Barranco Hut (3950 m)

De votre camp, vous montez en trace directe en direction de Lava Tower. Vous dominez tout le plateau de Shira, et vous vous rapprochez graduellement des glaciers. Vous passerez un petit col à 4500 m tout de même. Pique-nique dans une petite vallée après la descente du col qui nous permettra de perdre un peu d’altitude ; 2 courtes remontées lui succèdent avant de descendre dans le grand Barranco, certainement le plus bel endroit du massif du Kilimandjaro. Cet immense canyon est le résultat d'un glissement de terrain, il y a un peu plus de 100000 ans. Plusieurs petits ruisseaux serpentent au pied des glaciers, et le campement est bordé de lobélies et séneçons. Le Heim glacier est suspendu, majestueux, 2000 m au-dessus de vos têtes. Dîner et nuit en bivouac à Barranco Hut, 3950 m. 

Etape
Lava Tower, Heim glacier
Hébergement

Nuit en bivouac à Barranco Hut

Heures de marche

Entre 6 et 7h

Dénivelé +

900m

Dénivelé -

700m

J6

Barranco Camp - Barafu Camp

Après le superbe bivouac du grand Barranco, vous remonterez le grand mur, impressionnant de loin, mais sans aucune difficulté. La vue est très belle une fois arrivé sur l'arête : les glaciers sont au-dessus de vos têtes ; au loin, derrière vous le Mont Meru émerge de la plaine, après un parcours varié ou montées et descentes les suivent. Il faut 3 à 4 heures pour arriver à Karanga vallée. Belle remontée ensuite sur un plateau incliné. Le sentier suit les flancs de la montagne, vous traversez de nombreuses vallées, dans un paysage très ouvert, avant d'atteindre la voie Mweka, où vous bifurquez en direction de votre dernier camp, Barafu, à 4600 m d'altitude. Face à vous le beau massif du Mawenzi (5149 m) se détache. Préparation de l'ascension. Dîner et courte nuit en bivouac. 

Etape
Karanga vallée, voie Mweka
Hébergement

Nuit en bivouac à Barafu Camp

Heures de marche

Entre 7 et 8h

Dénivelé +

800m

Dénivelé -

300m

J7

Barafu Camp - Uhuru Peak (5895 m) - Mweka Camp (3100 m)

Départ dans la nuit (minuit environ). La température, bien qu'en-dessous de zéro, est supportable, mais baissera avec l'altitude et le vent si celui-ci commence à souffler. Durant la première heure, la pente n'est pas trop raide, mais s'élèvera ensuite, au milieu de petits passages rocheux et d'éboulis. Après 5 à 6 heures de marche, dont la dernière partie sera proche des glaciers, vous atteindrez Stella Point, aux environs de 5700 m, sur les bords du cratère : cela correspond généralement au lever du soleil, qui est superbe au-dessus des aiguilles du Mawenzi ! Un peu moins d'une heure est nécessaire pour rejoindre le sommet (cette partie n'est pas difficile, et si vous n'avez pas de problème d'altitude, l'effort pour atteindre Uhuru Peak est bien moins important que la dernière partie pour arriver à Stella). C'est certainement plein d'émotion que vous arriverez au sommet, le toit de l'Afrique, et symbole de la liberté pour le peuple tanzanien… Descente en suivant le même chemin jusqu’à Barafu camp, où nous vous conseillons de vous reposer et de boire abondamment. Reprise de la descente vers la voie Mweka. L’itinéraire de descente suit la crête, qui perd rapidement de l’altitude, longeant le ravin de Charongo sur sa rive droite. Dans des paysages superbes, on rejoint les bruyères géantes de Mweka hut. Une grande journée, qui paraît le matin irréaliste, mais, qui en perdant de l’altitude se fera finalement sans trop de problème. Le fait d’arriver à 3100 m vous apportera une véritable bouffée d’oxygène ! Dîner et nuit en bivouac. 

Etape
Stella Point, ravin de Charongo
Hébergement

Nuit en bivouac à Mweka Camp

Heures de marche

Entre 12 et 14h

Dénivelé +

1450m

Dénivelé -

2700m

J8

Mweka Hut - Mweka Gate (1800 m) - Kilimandjaro Airport

Cette étape, très variée, part de la brousse (notre dernier camp) à la forêt tropicale avec des paysages luxuriants dans lesquels il n'est pas rare d'observer des colobes noirs et blancs. Arrivée aux portes du parc, remise des diplômes ! Déjeuner et transfert vers Kilimandjaro Airport ; pause douche dans un hôtel à proximité de l'aéroport. Vol international de nuit.

Heures de marche

Entre 4 et 5h

Dénivelé -

1400m

J9

Fin du séjour

Arrivée en France

L'itinéraire proposé par la voie Machame, est le gage d'une parfaite progression et des meilleures chances de réussite. Il est plus sauvage, plus varié et moins fréquenté que la voie normale (Marangu) malgré une fréquentation en hausse ces dernières années. Les étapes peuvent être modifiées. Elles sont parfois fonction des points d’eau, beauté du site, des haltes et rencontres imprévues. Ces modifications sont toujours dans votre intérêt et font partie des surprises du voyage en Afrique. A priori toutefois, les étapes sont bien définies aussi bien par la voie Machame que par la voie normale. Seules des modifications pour entretien de sentiers par le parc pourraient éventuellement apporter des changements.

Descriptif technique

Niveau

Très bonne condition physique. Pas de difficulté technique importante. La seule difficulté est l'acclimatation à l'altitude. Il faut cependant bien se préparer pour cette expédition, car les conditions sont quand même assez rudes. Préparation physique par une pratique régulière de la randonnée ou de la montagne voire de la haute montagne, et par une accumulation de dénivelé. Il faut aussi penser si possible à faire du dénivelé en altitude dans les Alpes par exemple, car la difficulté du Kili, c’est vraiment « l’altitude ». Vous pouvez également faire du jogging de façon régulière en montée notamment pour bien vous préparer (45’ minimum). Ayez également un sommeil régulier dans les 15 jours qui précèdent l’ascension, c’est un très bon gage de récupération. Il faut vraiment mettre toutes les chances de son côté et ne rien négliger, ce n’est pas une ascension à prendre à la légère et nous insistons donc sur cet entraînement indispensable. C’est aussi un gage de sécurité très important. Malgré tout cela, il se peut que certaines personnes ne parviennent pas à dépasser une certaine altitude. C’est une réalité, nous ne sommes pas égaux devant l’adaptation à l’altitude. Nous vous conseillons de faire des tests en vous renseignant auprès de votre médecin pour savoir si vous n’avez pas de contre-indication pour les efforts en altitude.

Transports des bagages

Rien à porter, qu'un sac à dos pour la journée avec vos vivres de courses et vos effets personnels nécessaires. Le portage des bagages est effectué par porteurs, des guides Chagga qui parlent l'anglais. Ils portent également le pique-nique (sauf à priori le 1er jour où il vous sera distribué au départ). Ne prenez pas de sacs rigides ni de valises. Préférez un sac à dos de capacité 60 à 70 litres de bonne qualité pour les porteurs. Limitez le poids au maximum. Il ne faut pas dépasser 10 à 12 kg à faire porter, car outre vos effets personnels, il y aura également, le matériel de camping, la nourriture, etc. à porter par les Tanzaniens qui sont étonnants, souriants et pleins de bonne volonté. Ne prenez pas des sacs difficiles à porter. Pour le sac à dos que vous porterez, choisissez-le confortable (40 à 50 litres) avec ceinture ventrale et de bons réglages. Il est important qu’à l’intérieur de votre sac vous puissiez ranger : une veste polaire ou veste goretex, un appareil photo, une gourde de 2l, vivres de course perso., mini pharmacie perso., vos papiers, une lampe frontale + des piles, une paire de chaussette de rechange, des gants et un bonnet.

Groupe

De 4 à 15 participants

Confort

Hébergement
Hôtel à Arusha (chambre double, parfois triple), sous tente pendant l'ascension avec des matelas de bonne épaisseur. 1 à 2 nuits dans l'avion en fonction des horaires de vol. Chambre en day use près de l'aéroport afin de prendre une douche avant votre vol international (une chambre pour 4 participants). Il y aura aussi une tente mess avec table et chaises pour les repas et pour s'abriter. Le camp et les tentes sont installés par les porteurs et sont généralement prêtes lors de votre arrivée à chaque étape. Chaque camp est équipé de WC aménagé par le Parc (cahute en dur ou en bois avec un trou dans le sol) ; ils sont un peu rustiques et parfois malodorants (prévoyez un baume à mettre près des narines) mais utilisez-les afin de ne pas souiller tous les recoins du camp ou les sources proches de celui-ci.

Restauration
Pendant l'ascension, voici quelques exemples de repas qui vous seront servis : Petit-déjeuner : un thé au réveil en sortant de la tente ! Puis crêpes, miel, beurre, confiture, pain grillé, fruits et boissons chaudes. Déjeuner : déjeuners chauds, à base de féculents. Dîner : plats chauds également à base de féculents. Le dîner est complet et énergétique ; soupe, œufs frits ou omelettes, parfois viande... fruits. Les repas sont donc adaptés à l'effort en altitude. L'eau : si vous prenez de l'eau froide, traiter-la avec des pastilles. L'eau bouillie est normalement saine, au cas où, vous pouvez aussi la traiter.

Encadrement

Par un guide local francophone (ou présence d'un assistant francophone) spécialisé et diplômé, cuisiniers et porteurs. Notre équipe est munie d'un caisson hyperbare. Cependant peu de gens parlent le français, il est donc préférable d'avoir des notions d'anglais. Les guides sont attentifs aux conditions sécuritaires, alimentaires... il s'agit d'une ascension ; n'attendez pas une approche naturaliste de votre guide. Les guides locaux, parfaitement rodés à cette ascension (certains l’ont gravi 150 fois) sont les garants de la réussite de votre ascension. Leur rythme est parfaitement adapté et vous les entendrez souvent dire « polé, polé » qui veut dire doucement ! Ecoutez leurs conseils (ils parlent français ou anglais, ou un mélange des 2 !), ils sont dévoués et attentifs à vos moindres faits et gestes.

Vols

Les vols se font au départ de Paris (ou province avec supplément) pour la Tanzanie (Kilimandjaro Airport), avec Ethiopian Airlines, KLM, Kenya Airlines.

Rendez-vous / Dispersion

Rendez-vous et dispersion à l’aéroport de Paris Roissy Charles de Gaulle. Quelque temps avant le départ, vous recevez votre convocation avec les lieux et heures de départ, et la marche à suivre pour obtenir votre billet d’avion. Vous retrouvez nos correspondants à votre arrivée à Kili Airport. Attention ! Bien à l’avance, nous avons une indication des horaires, mais ceux-ci ne seront définitivement re-confirmés que quelques jours avant le départ.

Équipement

Documents de voyage
- pochette étanche contenant vos documents de voyage et papiers personnels.
- passeport (les participants de nationalité autre que française doivent se renseigner auprès de leurs consulats ou ambassades respectifs). Faire une photocopie de votre passeport que vous glisserez dans votre sac à dos.
- contrat d'assurance rapatriement et secours : (posséder une copie de votre contrat avec n° et coordonnées précises.)

Pour transporter vos affaires
- Pour le sac à dos que vous porterez, choisissez-le confortable (40 à 50 litres) avec ceinture ventrale et bons réglages. Il est important qu’à l’intérieur de votre sac vous puissiez ranger : Veste polaire ou Veste goretex, appareil photo, gourde de 2l, vivres de courses perso., mini pharmacie perso., vos papiers, lampe frontale + piles, une paire de chaussette de rechange, gants et bonnet.
- 1 sac à dos de grande capacité pour le reste de l'équipement. Préférez un sac à dos de capacité 60 à 70 litres de bonne qualité pour les porteurs. Limitez le poids au maximum. Il ne faut pas dépasser 10 à 12 kg à faire porter, car outre vos effets personnels, il y aura également, le matériel de camping, la nourriture, etc. à porter par les Tanzaniens, qui sont étonnants, souriants et pleins de bonne volonté. Ne prenez pas des sacs difficiles à porter. Ne laissez rien comme valeur (papiers, argent en vue dans vos grands sacs.)

Pour dormir
- Sac de couchage bien chaud + un drap sac + éventuellement matelas Termarest (auto gonflant) Vêtements
- Une grosse fourrure polaire ou un pull chaud
- Short en coton
- Sous-vêtements chauds (en laine, ou fourrure polaire légère, par exemple)
- Tee-shirts
- Pantalon de montagne
- Sur pantalon en goretex (facultatif)
- Une paire de gants en laine et une paire de moufles
- Un passe montagne
- Un chapeau de soleil en toile ou une casquette
- Des foulards type bandanas
- Une chemise chaude ou une fourrure polaire légère
- Une surveste en goretex ou un anorak
- Une cape de pluie
- Des chaussettes légères et des chaussettes chaudes en laine ou spéciale rando très chaudes
- Des guêtres ou stop tout - Une paire de bâtons télescopiques
- Une lampe frontale avec piles de rechange (alcalines)
- Papier hygiénique
- Trousse de toilette, avec serviettes humidifiées
- Gourde thermos d’1 litre minimum (l’eau dans les gourdes simples gèlent au Kili !) ou une gourde spécial gel
- Couteau de poche
- Sacs en plastique
- Survêtement jogging
- Lunettes de soleil à verres filtrants
- Un sifflet
- Une couverture de survie

Pour la partie haute
Nous vous recommandons trois couches : Sous vêtements à manches longues, sweat léger, fourrure polaire, le tout protégé par une surveste en goretex.

Chaussures
- Chaussures de trekking déjà portées (il faut avoir la cheville tenue ; les chaussures doivent être rodées avant le départ). Bonnes semelles, assez chaudes, les chaussures sont un élément important de la réussite du trek. Il est important d’avoir des chaussures dans lesquelles on n’ait pas froid au pied, car au sommet du Kili il fait couramment -20°C.
- Une paire de jogging ou chaussures légères ou sandales Pharmacie personnelle Consulter votre médecin en premier lieu.
- Crème solaire protection totale pour les lèvres et le visage, Elastoplaste, pansements, double peau (type Compeed), compresses et désinfectant, pommade cicatrisante, antibiotique à large spectre, antidiarrhéique (intétrix, immodium, ercéfuryl), antalgique (aspirine, paracétamol), collyre, pommade antiinflammatoire, pastilles désinfectantes (hydroclonazone-micropur), coramine glucose.
- Nous vous conseillons la prise de Diamox, qui est un diurétique léger, et qui favorise l'acclimatation à l'altitude.
- A prendre à partir de Shira camp (3700m) 1 comprimé le matin.
- Somnifère léger si vous avez des problèmes de sommeil (en altitude on dort mal) Stilnox par exemple.
- Purificateur d'eau

Formalités

Papiers
Munissez vous de votre passeport, valable encore 6 mois après la date de retour. Visa obligatoire : le plus simple est de le faire faire directement sur place à votre arrivée à l’aéroport. Munissez-vous de dollars américains : environ 50 $ par personne, à payer en cash. Vous pouvez aussi faire une demande de visa avant votre départ. Pour toute information supplémentaire sur les visas : http://tanzaniaembassy.fr/embassy/consular-services/info-on-visas/pour-obtenir-un-visa

Santé
Traitement antipaludéen (Savarine ou Lariam) conseillé (consulter un centre de médecine tropicale). Vaccinations : fièvre jaune (obligatoire, munissez vous d’un certificat de vaccination car il peut vous être demandé à votre arrivée à l’aéroport) ; sont recommandées : hépatite A et B. TABDT (typhoïde) + polio.

Adresses utiles

Ambassade de Tanzanie : 7ter, rue Léonard de Vinci – 75116 PARIS Tél. 01 53 70 63 66 http://tanzaniaembassy.fr/

Téléphone

Le mobile passe en bas, mais difficilement pendant le trek.

Devises

En Tanzanie est le shilling tanzanien (TZS) (1 euro = 2293,40 shilling). Vous ne pouvez pas vous procurer ces monnaies en France ; vous ne pourrez pas non plus les rechanger. Vous pouvez emmener soit des US $, soit des euros, mais les US $ sont préférés. Attention : les dollars US antérieures à 5 ans sont systématiquement refusés ! Carte Visa : acceptée presque partout.

Climat

Tropical, variable selon l'altitude. Saison sèche de décembre à mars. Saison des pluies en avril/mai et mi-octobre/novembre. Temps très frais et même froid en altitude (+10 à -10°C). Assez chaud dans les parcs (25 à 28°C). Pendant le trek, la température à la plus basse altitude varie de 15 à 20°C le jour et peut atteindre -5°C la nuit ; la température à la plus haute altitude est de 5 à 6°C le jour, -10°C la nuit.

Divers

L'eau
Il est fortement recommandé de traiter l’eau que vous boirez pendant le trek (micropur ou hydroclonazone) et le reste du temps de boire exclusivement de l’eau minérale ou autres boissons cachetées. Vous apprendrez à vous laver les dents à l’eau minérale.

► Secours
Notre guide emporte une radio pour prévenir de tout problème majeur ; si la radio ne passe pas, des rangers sont présents dans de nombreux secteurs, et peuvent déclencher des secours à tout moment. Rien de comparable avec les Alpes, ici les secours se font à pied. Pour tout ce qui est bénin, (entorses légères, insolation, lumbagos etc.) des porteurs vous assistent et redescendent avec vous jusqu’au camp suivant, ou précédent. En cas de blessure plus importante, on peut faire appel à ceux qui s’appellent « les flying doctors ». Ils viennent en hélicoptère ou en petit avion (dans les parcs par exemple). Ce qui prend quand même un certain temps, les portables ne passent pas partout et les Tanzaniens, s’ils sont des athlètes en général audessus de la moyenne, ne sont pas des surhommes, non plus. De même si pour une raison ou une autre vous désirez quitter le groupe en cours d’ascension, les frais d’hôtels et de transfert à partir d’une porte sont à votre charge. Il est très important d’être bien assuré pour ce type de voyage. Sachez toutefois que statistiquement, il y a très peu de problème sur cette ascension si les participants ont respecté les consignes préalables, à savoir : venir entraîné pour la réaliser, et si les consignes des guides ont été également bien suivi sur le terrain. Vous serez peut- être surpris par le rythme lent de la marche imprimé par les guides, mais c’est une garantie de réussite importante, pour la réalisation de cette ascension. Soyez donc attentif et relax, même si vous avez un très bon entraînement, respecter cette consigne essentielle.

Bon à savoir
Langue : swahili et anglais ; la plupart de nos guides sont francophones (mais nous ne pouvons le garantir).
Décalage horaire : + 1h en été, + 2h en hiver Pays de 49,25 millions d'habitants sur 945090 km², avec pour capitale Dodoma.

Mots utiles en Swahili (langue officielle en Tanzanie)
« Jambo » = bonjour, salut (à chaque fois que vous croisez quelqu’un vous serez salué comme ça.
« Polé, polé » = doucement,
« Asante » = merci
« Hakuna matata » = pas de problème !
« Twende » = allons-y !
(Vous l’entendrez souvent lors de l’ascension finale)

► Écologie
Chacun doit se sentir personnellement responsable, nous voyageons dans un milieu naturel propre et souvent fragile, nous ne devons rien laisser de notre passage. Gardez dans vos poches jusqu'au soir les mouchoirs en papiers et emballages divers à jeter dans les sacs poubelle.

Photographie
Il est agréable de ramener des souvenirs et films de son voyage : les paysages sont à vous pour les filmer, mais ayez une retenue décente face aux habitants. Un petit conseil : prenez des pellicules 200 ASA en quantité (car les films vendus sur place sont chers et parfois périmés) et des piles de rechange. Il est plus facile d’utiliser un appareil analogique que numérique (pas de possibilité de recharger vos batteries en cours d’ascension) ou alors prévoir au moins 3 batteries de rechange chargées et stockées au chaud.

Le pays

La République unie de Tanzanie (945090 km²), constituée en 1964 par la réunion du Tanganyika et de Zanzibar, est bordée au nord par le Kenya et l'Ouganda, à l'est par l'océan Indien, au sud par la Zambie, le Malawi et le Mozambique, à l'ouest par le Rwanda, le Burundi et le Congo démocratique (ex-Zaïre), dont elle est séparée par le lac Tanganyika.

Géographie physique
La Tanzanie continentale est principalement formée d'aplanissements situés entre 1000 et 1500 m d'altitude, morcelés par la tectonique des Rifts : le Rift occidental, à la frontière occidentale du pays, est le mieux marqué, jalonné par les lacs Tanganyika et Malawi ; le Rift oriental, qui le rejoint au sud, dans la région du mont Rungwe, s'efface parfois au profit de simples escarpements de failles tournés vers l'est.

Relief
À des fractures annexes sont liés des constructions volcaniques, comme le Kilimandjaro, point culminant de l'Afrique (5 892 m), et le Meru, et des alignements de petits massifs, orientés nordnord-ouest - sud-sud-est dans la partie nord-est (Usambara, Pare), puis nord-est - sud-ouest dans les « hautes terres du Sud » (Uluguru, horst d'Iringa) qui rejoignent le Rift au mont Rungwe (2 959 m), lequel domine le lac Malawi. Ces mouvements tectoniques ont perturbé le drainage vers l'océan et sont à l'origine de vastes dépressions inondées saisonnièrement ; les grandes vallées (Ruaha, Kilombero, Ruvuma) sont de sérieux obstacles à la circulation, mais offrent des potentialités d'aménagement hydro-agricole. Les plaines sédimentaires côtières sont relativement étroites. À faible distance, les îles de Zanzibar et de Pemba sont pour partie coralliennes.
Cartes : Tanzanie

Climat et végétation
La Tanzanie ne connaît pas au même degré que le Kenya l'opposition entre plateaux et plaines sèches et massifs bien arrosés. Dans le centre, où il tombe rarement plus de 1 m de pluies, une diagonale sèche, nord-est - sud-ouest, avec moins de 600 mm, s'étend de la frontière kényane aux approches du mont Rungwe. Seuls le nord-est et le nord-ouest du pays ont des régimes climatiques de type subéquatorial, avec deux saisons de pluies ; l'essentiel du pays connaît un rythme tropical, avec des pluies de novembre à avril. Les régions centrales, sauf les plus sèches, sont couvertes d'une forêt claire, le miombo, où pullulent les glossines (mouches tsé-tsé), parfois dégradée en savanes. Sur les massifs, l'étagement de la végétation (savane ou forêt claire, forêt mésophile, prairies d'altitude) tend à s'effacer avec la mise en culture.

Population
Le peuplement de la Tanzanie est essentiellement d'origine bantoue, quoique le pays soit à l'extrême pointe de l'avancée nilotique (avec les Massaïs en particulier). La Tanzanie a été le cœur continental de l'empire commercial de Zanzibar, dominé par les Arabes d'Oman, associés aux commerçants du sous-continent indien. La civilisation swahilie s'est épanouie dans l'archipel de Zanzibar et dans les comptoirs de la côte comme de l'intérieur, Tabora notamment : l'islam est plus répandu que dans les autres pays d'Afrique de l'est et le swahili a pu devenir assez aisément la langue nationale. La répartition de la population, estimée à 49,25 millions d'habitants (2013), est très inégale et largement périphérique, avec une densité moyenne de 41,7 hab./km² et des densités maximales dans les massifs du nord-est, au sud et à l'ouest du lac Victoria (pays sukuma et haya), dans les montagnes du Sud et sur la côte. Une progression de la population dans les plateaux centraux, longtemps très sous-peuplés, atténue un peu ces contrastes. À l'origine caractérisé par un habitat éparpillé en hameaux, le monde rural a connu une grande opération de « villagisation », destinée à faciliter le travail en commun et l’équipement ; devenue systématique en 1974, elle n'a toutefois pas frappé les massifs les plus peuplés, où les maisons continuent d'être éparpillées au milieu des champs. Le taux de population urbaine reste modeste (26% en 2010). Malgré une progression des villes de l'intérieur, les centres urbains les plus actifs restent côtiers : quoiqu'elle ait en principe abandonné le statut de capitale à Dodoma (572 000 hab.), Dar es-Salaam (5,5 millions hab.) reste le pôle urbain et économique majeur, et de loin la principale ville.

Economie
La répartition périphérique du peuplement en Tanzanie avait sa traduction dans l'activité économique. Le centre du pays était caractérisé par une pauvre agriculture vivrière, fondée sur le maïs et le sorgho, et l'absence de bétail, pour cause de trypanosomiase. Les régions de cultures d'exportation étaient périphériques: grandes plantations de sisal dans les régions basses du Nord-Est, autour de Tanga et de Dar es-Salaam; plantations européennes de café en bordure des massifs du Nord-Est (région d'Arusha); caféières paysannes d'arabica sur les pentes du Kilimandjaro (pays chagga) et du Meru, comme dans l'extrême Sud (également producteur de thé, mais handicapé par l'isolement); le Nord-Ouest (en pays haya, autour de Bukoba) produisait du café robusta; sur la côte, les cultures vivrières étaient pratiquées sous les cocotiers et les anacardiers (qui donnent la noix de cajou); le giroflier était l'apanage de l'archipel de Zanzibar. À ces cultures permanentes s'ajoutait le coton, considérablement étendu en pays sukuma (au sud du lac Victoria) depuis les années 1950.

Agriculture
Les cultures d'exportation ont lourdement pâti d'une politique économique qui les taxait au profit théorique des cultures vivrières et des régions plus pauvres du Centre : suite à la nationalisation des plantations, la production de sisal est tombée au sixième de ce qu'elle était à l’Indépendance ; la production de café n'a augmenté que de 20 % en quinze ans, celle de thé de 42 %, quand la population progressait de 75 %. Le potentiel des plantations est à reconstruire, dans des conditions de marché difficiles. Un plus grand dynamisme caractérise les régions centrales : les résultats sont meilleurs pour le coton et le tabac, qui y sont cultivés ; surtout, la production de maïs et de riz – notamment pour le marché intérieur – a connu une très sensible progression le long de l'axe de la voie ferrée Tazara, construite par la Chine entre 1969 et 1975 pour désenclaver la Zambie. La voie ferrée, rénovée, est un instrument efficace de développement économique et le trafic vers la Zambie est important. Quoique la riziculture soit ancienne, surtout dans le Sud, le potentiel des grandes vallées et dépressions intérieures est encore très insuffisamment utilisé. En raison de l'extension de la trypanosomiase, l'élevage bovin est peu important, sauf dans les parties sèches du Nord-Est, en pays sukuma et dans les massifs, où progresse la production laitière.

Energie et industrie
La Tanzanie exploite peu de ressources minérales (diamant, or, sel, gaz de Songo-Songo près de la côte, alimentant l'usine d'engrais de Kilwa Kilosa, phosphates dans le Nord, à Minjingu); le fer et le charbon, dans le Sud-Ouest, ne sont pas économiquement exploitables. L'industrie, très hétéroclite, et dont la réhabilitation est difficile, est, malgré une volonté de déconcentration, restée largement concentrée à Dar es-Salaam et dans le Nord-Est, qui groupent 65 % des emplois et 69 % des entreprises de plus de dix salariés. L'activité touristique progresse, avec comme principale attraction le Kilimandjaro, mais elle reste deux fois moindre qu'au Kenya.

Histoire
La côte tanzanienne a été, au même titre que celle du Kenya, marquée par la présence de comptoirs commerciaux, où dès le début de notre ère s'étaient développés les échanges entre l'Afrique, le monde arabe et l'Asie, et où s'épanouit la civilisation swahilie.

Privatiser ce voyage

Partez entre amis ou en famille aux dates qui vous conviennent.

Privatisation possible à partir de 6 personnes.

Demander un devis

Ce circuit ne correspond pas exactement à vos attentes ?

Créer un voyage sur mesure Voir tous les circuits en Tanzanie

Vous aimerez aussi

Groupe de skieurs dans le Vercors
Ski de rando nordique guidé
FRAGS0023

La Grande traversée du Vercors

Prochain départ le 12/01/2019
Difficulté
Durée
6 jours
 
 
4

à partir de 695,00 €