Andros et Tinos : inspiration Cyclades

Paysage de l'île d'Andros, dans les Cyclades
Récits de voyages, Récits accompagnateurs

Andros et Tinos : inspiration Cyclades

Les Cyclades. Un sac d’îles ramassées dans les eaux venteuses de la mer Égée. Les Grecs anciens, qui n’utilisaient pas encore de drones de reconnaissance aérienne, les voyaient former un cercle autour de l’île sacrée de Délos, lieu de naissance mythique d’Apollon et d’Artémis. Ils les nommèrent Cyclades de κύκλος (Kiklos), le cercle. Il est étrange de constater que même situées à faible distance les unes des autres, ces îles sont fort différentes. Comme des prises légendaires cueillies dans un filet qu’un dieu farceur aurait jeté des rives de l’Attique, elles avaient tout pour inspirer la mythologie en se dédiant chacune à la tutelle d’un dieu ou d’un personnage fabuleux.

L'Hermès d'Andros
L’Hermès d’Andros © François Ribard

Mais que sont-elles à l’origine ? Rien d’autre que les sommets émergés de plis nés dans le grand chambardement tectonique qui a vu pousser les Alpes mais aussi les grandes formations anatoliennes ou himalayennes. Ces îles sont donc des montagnes qui prennent appui sur le fond de la mer plutôt que sur le continent. Beaucoup oublient que 80% du territoire grec est en zone de montagne (30% pour la France).

Du moni Panachradou, vision d'Andros une montagne dans la mer
Du moni Panachradou, vision d’Andros une montagne dans la mer © François Ribard

Ajoutez à cela les quelques cent îles grecques habitées de façon permanente, et les enjeux d’aménagement du territoire apparaissent de façon infiniment plus complexe que pour un hexagone aux vastes plaines. Quand 10 à 11 millions de Grecs – dont la partie la plus riche ne paie guère l’impôt – doivent financer les politiques routières ou entretenir la noria des ferries qui desservent les îles, la question de la crise économique se pose avec d’autant plus d’acuité !
Depuis des années, Grand Angle a su imposer son expertise dans l’organisation de séjours sur les îles grecques, notamment les Cyclades, que ce soit pour les randonnées guidées ou liberté. Notre profonde connaissance du terrain alliée à notre passion pour les paysages et pour une population chaleureuse aux  traditions ancestrales toujours vivaces, nous poussent à découvrir et proposer de nouvelles destinations.
Parmi les derniers séjours mis sur pied, les deux îles les plus septentrionales des Cyclades, Andros et Tinos, qui prolongent la très longue île d’Eubée avant la célèbre Mykonos.
Rallier Andros et Tinos se fait à partir du port de Rafina, à une demi-heure de transfert de l’aéroport d’Athènes. C’est une localité qui résonne du cri des vendeurs de tickets à chaque départ de ferry. Les voix se mêlent sur les mêmes refrains : « Andros ! Tinos ! Mykonos ». Puis dès les ferries partis, le silence retombe.

Le départ de Rafina au petit matin
Le départ de Rafina au petit matin © François Ribard

Au petit jour, le navire se remplit d’une foule disparate qui rassemble touristes, iliens de retour chez eux,  pèlerins en route pour Tinos – le Lourdes grec – et quelques jet-setters en route pour Mykonos. Il faut deux heures pour rallier Gavrio, le port d’Andros puis quarante cinq minutes en bus, jusqu’à Chora, la capitale, située dans la partie la plus verdoyante de l’île, au pied de montagnes culminant à 700 ou 800 m, tandis que le sommet de l’île, à peine en retrait de Chora, tutoie les 1000 m.

Le Chora d'Andros, posé sur sa péninsule
Le Chora d’Andros, posé sur sa péninsule © François Ribard

En Grèce, chaque chef-lieu insulaire porte soit le nom de l’île, soit celui de Chora (χώρα).  Andros, « l’île des armateurs » a fait l’objet d’une politique remarquable pour promouvoir la randonnée et la préservation des richesses naturelles et patrimoniales de l’île.  Sitôt les bagages posés à l’hôtel, un beau chemin bordé de murs nous monte jusqu’à la localité d’Apikia où les caractéristiques de l’île deviennent patentes : de jolis vallons boisés de platanes d’Orient et de l’eau, beaucoup d’eau, même en fin d’été, au point qu’une source

La source Sariza
La source Sariza © François Ribard

fait l’objet d’une mise en bouteilles, commercialisée sous la marque Sariza. Suit une belle descente entre vallées et villas,

Début de la descente à Apikia
Début de la descente à Apikia © François Ribard

jusqu’à la plage de Nimborio au pied de la cité de Chora. Surprenante localité que celle-ci. Malgré sa taille modeste (mille six cents habitants) elle a tous les atours d’une capitale. Posée sur une épaule rocheuse qui s’abaisse doucement vers la mer, entièrement  piétonne en son centre, elle est belle, singulière et animée, avec son dédale de ruelles blanches

L'église Saint Georges, au coeur du centre ancien d'Andros
L’église Saint Georges, au coeur du centre ancien d’Andros © François Ribard

d’allure cycladique, ses opulentes villas  de style néoclassique, ses commerces en nombre et son musée archéologique qui recèle des œuvres remarquables comme une sculpture d’Hermès du IIe siècle avant J.C. Plus remarquable encore, le musée d’art contemporain fondé par la famille Goulandri abrite quelques œuvres de renom.
Un beau point de vue sur la ville sera d’ailleurs l’occasion d’une halte, le lendemain, avant qu’un chemin bordé de murets de pierres nous conduise au village de Sineti. A deux cinquante mètres d’altitude, nous sommes déjà en montagne. Impression renforcée au cours de la remontée de la vallée des Moulins

En remontant la vallée des Moulins
En remontant la vallée des Moulins © François Ribard

et ses étonnantes constructions qui s’égrènent le long de canaux de pierres aujourd’hui à sec, mais qui témoignent de la richesse en eau de l’île et de la volonté des habitants d’en utiliser la force motrice au cours des siècles passés. Au faite de la montée, il reste encore la possibilité d’accéder aux ruines du fort vénitien d’Epano Kastro perché sur un plateau élevé avant la descente jusqu’aux plages d’Ormos Korthiou.
L’ambiance montagne sera encore au rendez-vous lors de l’étape suivante, après une tranquille remontée de hameau en hameau  jusqu’à l’arrivée au monastère imposant de Moni Panachrandou

Au Moni Panachrandou
Au Moni Panachrandou © François Ribard

pour un tour d’horizon spectaculaire des vallées qui convergent vers Chora. La descente côtoie certains des murs les plus remarquables de l’île, qu’une politique volontariste a réhabilités dans un vaste projet d’ouverture des chemins traditionnels aux randonneurs.

Dans la descente du Moni Panachradou
Dans la descente du Moni Panachradou © François Ribard

Après une heure et demie de traversée en ferry, l’arrivée grouillante au port du Chora de Tinos a de quoi surprendre. D’abord, il y a la capitale populeuse. À ses 4000 habitants s’ajoutent un nombre de touristes important. Mais ici, pas de jeunesse en goguette comme sur l’île voisine de Mykonos. Tinos, c’est le « Lourdes » des Grecs. C’est l’histoire d’une icône miraculeuse de l’annonciation de la Vierge, trouvée sous terre grâce aux visions d’une none du monastère de Kechrovounio,

Le piton granitique de Xobourgo vu des toits du monastère de Kechrovounio
Le piton granitique de Xobourgo vu des toits du monastère de Kechrovounio © François Ribard

Sainte Pélagie, et qui a suscité la construction d’une imposante basilique au sommet d’une avenue. Certains pèlerins s’y rendent à genoux pour expier leurs fautes.

Entrée de l'église de la Panagia Evanghelistria
Entrée de l’église de la Panagia Evanghelistria © François Ribard

Mais Tinos, ce sont bien d’autres trésors, notamment les villages. On s’en rend vite compte lorsqu’à l’issue d’un transfert sur les hauteurs de l’île, on découvre celui, éclatant de blancheur, de Volax

Le village de Volax
Le village de Volax © François Ribard

dans un environnement extraordinaire  de boules de granite, tout près du piton de Xobourgo – aujourd’hui dédié à l’escalade –  qui fut le premier site occupé de l’île. Au cours de la randonnée, les pigeonniers

Pigeonnier de Tinos
Pigeonnier de Tinos © François Ribard

viennent rivaliser en nombre avec les chapelles et d’anciens moulins à vent, alors que nous passons par Ktikados, joli village perché avant la descente sur les belles plages de Kionia.
Tinos et  sa géologie, on n’en sortira pas d’ailleurs. Du village de Kardiani, la remontée sur l’épaule schisteuse de Polemou Kambos, face à d’anciennes carrières de marbre, nous gratifie de vues prodigieuses sur Syros

L'église Defteri Evresi sur l'épaule de Polemou Kambos
L’église Defteri Evresi sur l’épaule de Polemou Kambos © François Ribard

avant l’arrivée au superbe bourg de Pyrgos dédié au marbre. Il abrite un remarquable musée qui est consacré à sa formation, son extraction et son histoire. Puis on se  faufile entre murets et moulins à vent pour finir à Panormos, l’une des rares localités de l’île installées en bord de mer.

Descente sur Panormos
Descente sur Panormos © François Ribard

Il reste à profiter de la ville et  – pourquoi pas ?  – s’offrir une des spécialités de Tinos comme la fourtalia, omelette aux tomates et à la saucisse traditionnelle de l’île

Fourtalia
Fourtalia © François Ribard

avant d’embarquer pour Le Pirée pour une dernière nuit à Athènes.

Partager l'article sur

Idées voyages

Vous aimeriez également

Randonnée sur les îles grecques - telendos
Récits de voyages

Randonnée sur les îles grecques

Jasas, c'est le mot qu’on entend souvent en Grèce pour souhaiter bonjour. Quand les journées ont commencé à ê...
Des maisons colorées au bord des falaises, une des caractéristiques typiques des villages de Cinque Terre
Récits de voyages

Les Cinque Terre en famille

Estelle, chef de produit chez Grand Angle depuis 2008, est partie avec son mari et ses enfants découvrir les Cinque Terre en randonnée...
Paysage de l'île de la Réunion
Récits de voyages

Île de la Réunion : la grande traversée

Notre groupe : Annick et Jean ; Agnès et Dominique ; Antoinette et Didier ; Marie-Paule et Alain ; Jacqueline et Michel ; Isabelle ; Marceline...

Grand Angle en pratique
bien choisir son voyage

En savoir plus

Nos photos

Parc national du Mercantour, France
Dolomites de Cortina, Italie
Andros et Tinos, Grèce