Comment bien faire son sac de randonnée ?

Sac à dos de randonnée
Conseils & Actuces

Comment bien faire son sac de randonnée ?

Le remplissage du sac de randonnée ou de trek. Connaissez-vous les bonnes pratiques ? Voici quelques conseils pour vous accompagner dans sa préparation.

L’ultime étape de préparation avant une randonnée est la préparation de son « paquetage ». Il n’est jamais simple de prévoir à l’avance les vêtements et les accessoires qui pourront nous être utiles. La clé est d’anticiper et de sélectionner le nécessaire à emporter. Chaque randonneur a ses propres habitudes quand le moment est venu de composer son sac à dos, et il n’existe pas de liste figée à suivre à la lettre. Mais sachez qu’il y a tout de même quelques règles à respecter, et en général on a tendance à retrouver les mêmes éléments incontournables dans la plupart des sacs à dos.

Nous vous conseillons d’organiser votre préparation en plusieurs étapes. Avant tout, la première chose à faire est de rédiger une check-list des choses à emporter en accord avec les conditions climatiques de la zone visitée et de la durée de votre circuit. Elle vous permettra, en principe, d’emporter l’essentiel avec vous et d’éviter toute mauvaise surprise une fois en montagne. Le superflu ne vous servira pas et pire, il vous alourdira !

La sélection du volume

Lors d’une visite en magasin spécialisé, on se rend très vite compte de la large gamme de sacs à dos de randonnée. Les marques sont multiples, les caractéristiques de conception varient, et on retrouve tout type de dimensions. Alors dans le jargon, on entend parler de litrage, de volume, de capacité ou bien de contenance. En général la « taille » va être indiquée en Litres. Nous reviendrons dans un autre article sur la marche à suivre pour faire votre choix.

En tout cas sachez que le type de sac utilisé découle de plusieurs paramètres que sont notamment le nombre de jours de randonnée, l’autonomie, le type de climat et le mode d’hébergement. Evidemment, un sac trop petit vous compliquera la tâche chaque fois que vous devrez ouvrir votre sac pour prendre quelque chose et inversement, un sac trop grand vous rajoutera du poids et ne maintiendra pas assez vos affaires à l’intérieur. En règle générale, il est toujours plus simple de faire le choix du sac adéquat en sachant précisément ce que l’on va mettre dedans. Par exemple, pour une randonnée à la journée en plein été, voici le type de sac à préconiser :

Sac à dos de randonnée de la marque Deuter en 38 litres : Futura PRO 38 SL
Sac à dos de randonnée de la marque Deuter en 38 litres : Futura PRO 38 SL

Un choix de vêtements adaptés à votre randonnée

Les habits adéquats rendent les sports de montagne toujours plus agréables, ou du moins à l’inverse un mauvais choix de vêtement peut transformer une randonnée en un moment fort déplaisant. Ayez les bons réflexes pour sélectionner les habits qui conviennent à votre sortie.

Avez-vous déjà entendu parler du système des 3 couches ? Cette méthode vous permettra d’optimiser votre habillement et de rester toujours au sec. Chaque « couche » de vêtement occupe une fonction spécifique. Sans rentrer dans les détails, voici la description et les propriétés de celles-ci :

1. la première couche permet d’évacuer la transpiration et d’éviter la sensation de froid. On parle souvent de « tee-shirt technique » en fibres synthétiques ou bien en laine mérinos, qui est le top du top. À noter que c’est une laine anti-odeur, qui ne gratte pas et qui plus est biodégradable !

Première couche : sous-vêtement technique de la marque Icebreaker
Première couche : sous-vêtement technique de la marque Icebreaker

2. la couche intermédiaire souvent appelée isolante. Son rôle est de tenir chaud, on peut alors faire référence à la polaire nouvelle génération, légère et évacuant la transpiration vers l’extérieur.

Deuxième couche : polaire de la marque The North Face
Deuxième couche : polaire de la marque The North Face

3. la couche supérieure (Hard Shell ou Goretex), celle-ci vous servira à vous protéger des éléments extérieurs (vent, neige, pluie…etc.). Ce sont des vêtements imperméables et généralement respirants.

Troisième couche : veste Gore-Tex de la marque Arc’teryx
Troisième couche : veste Gore-Tex de la marque Arc’teryx

Et où se place la veste qu’on appelle « softshell » dans tout ça ? Ce terme fait référence à un type de vêtement souple, respirant et très souvent déperlant, c’est-à-dire que l’eau ruisselle sur la veste, par contre le tissu ne résiste pas à de fortes pluie. Vous pouvez utiliser ce type de veste en tant que deuxième couche, voire comme troisième couche selon les caprices de la météo.

Il n’est pas toujours nécessaire de se vêtir des 3 couches mais Il est primordial d’avoir au moins un vêtement de chaque couche dans votre sac. Il faut jongler entre ces couches, tout en veillant à respecter leur ordre, de manière à rester au chaud et ne pas subir de surchauffe. Tenez compte des éléments extérieurs et de l’intensité de votre effort physique pour rectifier votre habillement.

L'hydratation et l'alimentation

Vivres de course dans un marché bolivien
Large choix de vivres de courses dans un marché bolivien © Matthieu Offredi

Comme pour tout sport, durant une randonnée, les besoins en eau et en nourriture sont accrus. Il ne faut pas oublier d’alimenter la « machine » et en montagne, les magasins ne courent pas les rues… enfin « les sentiers ». Il faut impérativement avoir une bonne réserve de nourriture (fruits secs, barres céréales, pâte d’amande…) et d’eau suffisante pour la durée de votre sortie. C’est votre sécurité et votre santé qui sont en jeu ! Toutefois, attention à ne pas surcharger inutilement votre sac de randonnée avec des emballages, qui se transformeront plus tard en déchets, à transporter également. Privilégiez les sacs de congélations à zip pour contenir vos denrées, il n’y a pas plus pratique.

Les vêtements de refuge au fond du sac

En principe, ce sont des vêtements dont on n’a pas besoin durant la journée, pour cette raison, on aura plutôt tendance à les placer au fond du sac. Nous faisons ici référence aux vêtements de rechange et à une paire de chaussures souples du style tongs ou sandales, à enfiler en fin de journée pour soulager vos pieds. On pense également aux gants et au bonnet, à avoir sur soi en toute saison, bien qu’en général, les chances d’avoir à les sortir du sac en journée durant l’été soient plutôt faibles. Et bien entendu, vous serez d’accord avec le fait qu’il est bien plus commode de pouvoir « déballer » son sac de randonnée à l’intérieur et au chaud, à l’abri de l’humidité et de la poussière des sentiers. D’où l’intérêt d’éviter de glisser au fond du sac quelque chose d’utile comme par exemple la crème solaire.

Le remplissage et l’agencement du sac

Dernière étape avant de décoller, le remplissage du sac de randonnée ! Avant de transvaser le tout dans votre sac, il y a une technique bien utile qui permet d’avoir une vue d’ensemble sur ce que vous emportez. Elle consiste à étaler l’ensemble de vos éléments sur une surface plane telle qu’une table ou bien un lit. Vous pourrez de cette manière, compartimenter vos affaires et les glisser dans votre sac de manière cohérente par ordre de priorité. Il est préférable de dissocier les affaires nécessaires lors des nuitées, du matériel dont vous pourriez avoir besoin en cours de randonnée. Le but étant de garder ce « matériel de journée », sur soi ou bien facilement accessible.

Le second paramètre dont il faut tenir compte concerne le poids des différentes affaires. En principe, l’équipement léger va au fond et au-dessus du sac de randonnée, tandis que ce qui est lourd va plutôt au milieu. Commencez le rangement en plaçant les choses les plus lourdes au plus proche de votre dos, c’est-à-dire contre le dossier, et de préférence entre la limite des hanches et la limite des épaules. Une charge soulevée loin du corps impose au dos un stress plus important. Une mauvaise répartition des kilos est susceptible de vous déséquilibrer durant votre marche et peut conduire à une posture inadéquate, néfaste pour votre corps. Il est donc impératif de répartir les charges de manière appropriée pour avoir un sac équilibré.

Les accessoires incontournables dans les poches latérales

Nous faisons ici référence aux petits « à côté » qui ne prennent pas de place mais qui sont tout de même essentiels au bon déroulement de votre randonnée. Attention, quand on pense « petit objet », des tas de choses peuvent venir s’ajouter dans cette catégorie, et vous ne manquerez pas d’idées d’achats dans les magasins spécialisés sports Outdoor. Prenez soin d’apprécier l’utilité de chaque article. En premier lieu, on pense au couteau multi usage, au briquet et à quelques sacs plastiques pour couvrir des affaires ou bien pour transporter les déchets.

Du point de vue médical, prévoyez une trousse de secours sommaire avec le minimum nécessaire pour pouvoir soigner une blessure sur le terrain. La crème solaire et son acolyte la casquette sont aussi indispensables pour se protéger du soleil. La couverture de survie doit également faire partie de vos affaires à emporter, c’est léger et peu encombrant, elle vous sera utile pour vous mettre à l’abri, signaler votre position ou bien pour porter secours à d’autres randonneurs. Dernier objet à glisser dans le sac de randonnée, une lampe frontale, qui en cas d’imprévu peut se révéler être un élément de sécurité fort utile pour repérer son chemin ou bien trouver un abri.

Autre détail complémentaire : Combien de randonneurs se sont déjà retrouvés à « retourner » leur sac de randonnée pour offrir une tournée à leurs compagnons de sentier ? Et oui, on allait oublier l’importance de garder son porte-monnaie, tout comme ses papiers d’identité à portée de main.

Les outils d’orientation

Lecture de carte sur le trek de Salzbourg à Vérone
Lecture de carte sur le trek de Salzbourg à Vérone © Jean-Marc Porte

Le fameux triptyque du randonneur : boussole, carte et altimètre. Ces outils sont à garder sur le dessus du sac de randonnée, ils peuvent vous être utiles à tout moment. Découvrez à quoi ressemble votre itinéraire sur la carte en amont du séjour, jetez un œil au topo et si vous n’êtes pas encore tout à fait au point en orientation, prenez un peu de temps pour apprendre à utiliser une boussole et un altimètre.

Autre outil qui a fait son apparition dans les sports outdoor, c’est le GPS. Evidemment, la randonnée a pris le bateau en marche et elle évolue désormais au rythme du numérique. Il faut garder à l’esprit que cet appareil ne remplace pas les instruments de base, du fait qu’il est susceptible de dysfonctionner ou bien même de tomber en panne. Alors oui, il peut constituer un bon complément, mais il est primordial de commencer son initiation avec une carte et une boussole. Dans un second temps, vous pourrez alors utiliser un GPS pour suivre le tracé d’un parcours, localiser votre position ou bien tout simplement pour enregistrer votre itinéraire.

Le réglage du sac de randonnée

Une fois votre sac de randonnée prêt à être mis sur le dos, pensez à le régler correctement, afin qu’il épouse votre morphologie. La technique est la suivante : desserrez toutes les sangles du sac et enfilez votre sac à dos, puis vous prenez le temps d’ajuster élément par élément. Commencez par serrer la ceinture ventrale. À noter que c’est au niveau du bassin qu’est portée la plus grand partie du poids du sac à dos. Ensuite ajustez les bretelles des épaules de manière à ce que le sac ne soit ni trop haut, ni trop bas par rapport aux épaules. Autrement elles porteraient pas assez ou bien plus qu’elles ne devraient. Serrez les « rappels de charge » sur le haut de votre sac pour rapprocher le sac de votre dos. Pour terminer, ajustez la sangle de poitrine, pour limiter le balancement du sac sur les côtés.

Vous l’aurez compris, au final si le réglage est optimal, le poids du sac est réparti entre les épaules et les hanches. Il est important d’ajuster chaque détail pour rendre ce sac à dos le plus confortable à porter possible, et ainsi vous permettre de (presque) oublier cette charge sur votre dos.

En conclusion voici les éléments à retenir

  1. Sélectionner une taille de sac optimale pour la durée de votre randonnée
  2. Tenir compte des conditions climatiques pour composer son sac
  3. Ne pas sous évaluer son besoin en eau et en nourriture
  4. Ne pas se surcharger avec des objets ou des gadgets superflus
  5. Compartimenter et répartir correctement les charges tout en gardant à porter de la main les affaires utiles pour la journée
  6. Ajuster son sac à sa corpulence avant de commencer à marcher

En somme un sac optimisé, équilibré et correctement ajusté à son profil est un sac agréable à porter. Votre randonnée se transformera alors en un vrai moment de plaisir. À vos sacs et bon courage à tous pour la préparation de vos randonnées !

Étiquettes

Partager

newer

Vous aimeriez également