Là-bas, au Connemara

Récits de voyages

Comme la grande majorité des Français, il y a quelques années, lorsque j’entendais le mot « Connemara », la chanson de Michel Sardou me venait immédiatement en tête. Et mes connaissances sur cette région s’arrêtaient tout simplement là. Puis, après plusieurs années d’études en langues étrangères, tourisme et sport, et après une première expérience de quelques mois à Cork – dans le sud du pays – j’ai finalement décidé de poser mes valises dans ce petit coin préservé de l’ouest irlandais. Laissez-moi vous raconter pourquoi vous aussi – même si vous n’en n’avez pas encore conscience – vous rêvez de découvrir cet endroit magique.
Alors oui, qu’on se le dise tout de suite, en Irlande, il pleut… tous les jours ou presque. C’est un fait, mais c’est ainsi, et c’est aussi ce qui fait tout le charme et la beauté de la région et de ses paysages. Sans cette météo imprévisible, les montagnes ne paraîtraient pas aussi sauvages et inatteignables malgré leurs tailles modérées, les plages seraient bondées, l’herbe ne serait pas aussi verte, et les Irlandais ne seraient probablement pas aussi chaleureux, ouverts, accessibles et sympathiques. La pinte de Guinness (ou de Bulmers pour les amateurs de cidre comme moi) ne serait également pas aussi bonne après plusieurs heures de randonnée ou de vélo passées à braver les éléments !

Vallée de Doolough dans le Connemara
Vallée de Doolough dans le Connemara

Je vous rassure, la météo peut aussi souvent se montrer clémente, et vous récompenser par des paysages à couper le souffle que vous ne retrouverez nulle part ailleurs. Mon activité préférée lors de grand soleil (ou pas) ? Il est difficile de n’en choisir qu’une tellement il y a à faire dans le Connemara, mais je pencherais tout de même pour une promenade en vélo le long de la « Connemara Loop », une boucle d’une trentaine de kilomètres, au départ de Leenane, un village niché au pied du seul fjord d’Irlande, le Killary Fjord.

Le Fjord de Kilary dans le Connemara
Le Fjord de Kilary dans le Connemara

Cette boucle vous mènera à des plages de sable blanc dont je suis sûre vous ne soupçonnez même pas l’existence en Irlande… Lettergesh et Glassilaun sont mes préférées (et probablement celles de tous les locaux !).

Plage de Glassilaun dans le Connemara
Plage de Glassilaun

En chemin, pour les amateurs de randonnées, vous pourrez également vous arrêter au parc national du Connemara et faire la randonnée de Diamond Hill, une randonnée de 7km qui vous amènera au sommet de la montagne portant ce nom, et qui culmine à 445 mètres. Petite montagne, certes, mais avec une vue imprenable depuis le sommet sur les îles aux alentours, sur l’abbaye de Kylemore, ainsi que sur la chaîne de montagnes des Twelve Bens dont Diamond Hill fait partie.

Abbaye de Kilemore
Abbaye de Kilemore

 

Parc national du Connemara
Parc national du Connemara

Sur le chemin du retour, un petit arrêt photo au Killary Harbour, avec sa vue impressionnante et magnifique sur le fjord est un must-do, avant de reprendre le vélo pour les 5 derniers kilomètres (en descente qui plus est) qui vous séparent de Leenane, où un chaleureux accueil et le « craic » (1) irlandais vous attendent dans l’un des pubs du village. Si en plus de cela, vous arrivez à comprendre l’accent local, il ne vous reste plus qu’à vous aussi poser définitivement vos valises dans le Connemara !

Kilary Harbour dans le Connemara
Kilary Harbour
Village cotier de Inishbofin
Village cotier de Inishbofin
Plage de Renvyle
Plage de Renvyle

1 : le « craic » est un mot irlandais signifiant quelque chose d’amusant, de plaisant. « Having the craic » signifie passer un bon moment, s’amuser. Il est difficile de trouver un équivalent en français, car ce mot est constamment utilisé dans plusieurs contextes.

Partager l'article sur

Idées voyages

Vous aimeriez également

Grand Angle en pratique
bien choisir son voyage

En savoir plus

Nos photos

Parc national du Mercantour, France
Dolomites de Cortina, Italie
Andros et Tinos, Grèce