Les îles Éoliennes, entre volcans et douceur méditerranéenne

Sentier sur Vulcano dans les îles Éoliennes
Récits de voyages, Récits de l'équipe

Les îles Éoliennes, entre volcans et douceur méditerranéenne

Cette fois-ci, direction le sud de l’Italie, avec la découverte des îles Éoliennes qui tirent leur nom d’Eole (en grec ancien Aiolos), le dieu du vent. Destination qui permet de mêler entre autres randonnée, gastronomie, histoire et volcanologie. Les îles Éoliennes sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis l’an 2000. L'archipel compte dix-sept îles issues d’un vaste complexe volcanique, seulement sept sont habitées, cinq îles vont retenir toute notre attention, elles se nomment Vulcano, Filicudi, Salina, Stromboli et Lipari.

Nous embarquons à Milazzo au nord-est de la Sicile, notre première escale : Vulcano, l’île la plus méridionale. Le village de Porto di Levante est éparpillé entre le principal volcan actif de l’île et un autre cône volcanique qui forme la presqu’île de Vulcanello. Au nord, nous apercevons les côtes de l’île de Lipari, toute proche.

Vue sur les îles Éoliennes depuis Vulcano
Vue depuis l'île de Vulcano

La dernière éruption du cratère de la Fossa di Vulcano date de 1890, ce volcan aujourd’hui assoupi, maintient une activité sous forme de fumerolles, de jets de vapeur et de boue sulfureuse. Il constitue pourtant l’un des volcans les plus dangereux de la planète, ses éruptions caractérisées par des explosions très fortes ont même donné leur nom au genre d’éruption que l’on appelle « vulcanienne ».

Une belle randonnée s’offre à nous sur cette île avec bien entendu l’ascension du volcan actif accolé au village et le tour de son cratère d’environ 500 mètres de diamètre. Un panorama à couper le souffle.

Cratère du volcan de Vulcano
Cratère du volcan de Vulcano

Une fois au sommet, l’horizon s’ouvre sur les îles voisines. Nous contemplons les fameuses fumerolles qui s’échappent par certaines fissures et bouches présentes sur les parois du volcan. C’est un sol « jaune » qui se présente à nous, tapissé de petits cristaux de souffre. Que ce soit de loin depuis le sommet ou bien de près à quelques centimètres le spectacle est saisissant.

Volcan de l'île Vulcano
Volcan de l'île Vulcano

La suite de notre aventure nous emmène vers l’île discrète de Filicudi. Sans véritable village à proprement parlé, les maisons sont éparpillées au cœur de cette nature préservée. Certains disent qu’il faut être artiste ou bien ermite pour rester y vivre.

L'île Filicudi
L'île Filicudi

Au détour des chemins, nous pouvons découvrir d’anciens villages comme celui de Zucco Grande, aujourd’hui inhabité et en ruine. Uniquement accessible par les sentiers, il n’y a ni électricité, ni eau courante. Certains se sont lancés dans sa rénovation, nous découvrons sur les hauteurs du village une bâtisse traditionnelle remise en état, avec son magnifique portique soutenu par des colonnes qui surplombent la Méditerranée.

Bâtisse traditionnelle sur l'île Filicudi
Bâtisse traditionnelle sur l'île Filicudi

Au tour de l’île de Salina, le poumon vert des éoliennes, si caractéristique avec ses deux cônes volcaniques. Des routes parcourent toute l’île, Il est assez simple de la sillonner, à pied, en voiture ou même avec les transports publics. Autrefois connue pour l’exploitation du sel, aujourd’hui ce sont la culture des câpres et le vin qui font la renommée de cette île. A déguster sur place : un verre de Malvasia, vin blanc liquoreux local, accompagné d’un dessert.

Village de Valdichiesa et le Monte dei Porri sur l'île de Salina
Village de Valdichiesa et le Monte dei Porri sur l'île de Salina

Avant de quitter l’île, on conseille de profiter du coucher de soleil pour aller se baigner au pied des fameuses falaises de Pollara, ce sera certainement l’un de vos plus beaux souvenirs !

Bord de mer à Pollara sur l'île de Salina
Bord de mer à Pollara sur l'île de Salina

Après ces quelques jours au calme, nous prenons la direction de l’île de Stromboli. L’île vît essentiellement du tourisme, évidemment il est plutôt aisé d’attirer les curieux quand on détient le seul volcan européen en activité permanente. Il culmine à 924 mètres, mais avec sa partie immergée jusqu’à 2000 mètres en dessous du niveau de la mer, il est facilement comparable à l’Etna et ses 3350 mètres. Partons à la découverte de cette île mystérieuse où les multiples éruptions passées ont paré ses côtes d’un beau sable noir volcanique.

Village de Stromboli dans les îles Éoliennes
Village de Stromboli

Est-ce qu’on aura la fenêtre météo adéquate pour faire l’ascension et côtoyer ces surprenantes projections de lave ? c’est souvent la première interrogation qui nous taraude lorsque nous débarquons sur l’île de Stromboli. Pour faire la montée, il est obligatoire d’être accompagné d’un guide de haute montagne ou bien d’un guide vulcanologue. Dès la sortie du village, nous pouvons entendre les grondements du volcan. La montée se fait d’abord dans la végétation au milieu des bambous puis ensuite sur un terrain plus minéral entre roches et sable.

Groupe de randonneurs dans la montée du volcan de Stomboli
Dans la montée du volcan de Stomboli

Une fois parvenu à proximité du cratère principal, nous assistons à un spectacle peu ordinaire, avec des explosions de lave et des lancements de bombes volcanique à plus de 100 mètres de hauteur, et cette expérience est encore plus saisissante lorsqu’elle se déroule de nuit. Avec 200 à 300 éruptions quotidienne, le Stromboli est plutôt généreux et ne laisse pas ses spectateurs sur leur faim.

Éruption du Stromboli
Éruption du Stromboli

Après avoir savouré cette magie éphémère qui nous était offerte, nous mettons les voiles vers le sud-est en direction de Lipari, capitale des îles éoliennes. C’est la plus grande et la plus peuplée des îles éoliennes. Elle a eu ses heures de gloire grâce à l’exploitation de l’obsidienne, une roche volcanique vitreuse provenant du refroidissement de laves riches en silice. L’histoire de l’île est très riche avec différentes dominations dont notamment les Grecs et les Romains. Pour les passionnés d’archéologie, Lipari abrite un superbe musée archéologique sur l’histoire de l’archipel dans lequel il est passionnant de déambuler.

Ville de Lipari dans les îles Éoliennes
Ville de Lipari

Lorsque l’on pense aux îles éoliennes, on songe aux volcans, aux plages de sable noir, à une mer d’un bleu pur, aux grottes de lave, à une végétation luxuriante. Chaque île mérite qu’on y accoste pour un petit temps. L’archipel bénéficie d’un climat tempéré, l’été est chaud et l’hiver est doux, il est possible de s’y rendre toute l’année. Si l’aventure volcanique vous tente, vous apprécierez tout comme nous cette douceur de vivre qui règne dans les îles éoliennes.

Partager

newer

older