Îles éoliennes et Sicile sous le soleil d'Automne

Théâtre romain à Taormine avec l'Etna en arrière plan
Récits de voyages, Récits de l'équipe

Îles éoliennes et Sicile sous le soleil d'Automne

Au bout de quelques semaines de confinement, même dans l’environnement exceptionnel qui est le nôtre dans le Vercors, on commence à rêver de voyages… Et comme dans les circonstances actuelles il est difficile de se projeter dans l’immédiat, je me surprends à remémorer les voyages passés avec beaucoup de nostalgie. Dans les très bons souvenirs encore récents, mon séjour en Sicile et sur les îles éoliennes, à l’automne ; une superbe façon de prolonger l’été et de regoûter aux voyages à l’étranger après l’été sans doute un peu compliqué qui nous attend.

 

De Catane aux îles éoliennes...

A notre arrivée à Catane, nous n’avions qu’une chose en tête : d’arriver sur les îles au plus vite. Avec une arrivée en début d’après-midi, c’est tout à fait possible car il y a des bateaux au départ de Milazzo jusque tard dans la soirée. Ca vaut le coup de se dépêcher un peu car une fois sur les îles, on est tout de suite dans l’ambiance des vacances. Et quelle belle surprise ces îles !

Lipari en est la plus grande, avec une vrai (toute) petite ville avec ses boutiques, bars et restaurants. De quoi flâner dans les ruelles ou en terrasse en fin d’après-midi et en soirée, avant de choisir un resto pour déguster… des fruits de mer, bien sûr ! Cela dit, il faut quand même prévoir un créneau pour une visite culturelle car le musée archéologique régionale des îles éoliennes à Lipari vaut vraiment le détour.

Terrasses et restaurants à Lipari
Terrasses et restaurants à Lipari © Kristiina Gaillard

 

Musée archéologique de Lipari
Musée archéologique de Lipari © Kristiina Gaillard

 

Randonnée sur l'impressionnante île Vulcano

Une journée à Vulcano est incontournable. Une randonnée facile permet de monter en 1h/1h30 à Fossa di Vulcano, ou le Gran Cratere, qui malgré l’accès libre et l’altitude modeste (391 m) s’avère une expérience impressionnante avec ses geysers et les émanations de gaz sulfuriques (toxiques !). En prime, un panorama époustouflant sur l’ensemble des îles éoliennes.

Randonnée au Gran Cratere de Vulcano
Randonnée au Gran Cratere de Vulcano © Kristiina Gaillard

 

Emanations de gaz sulfuriques au Gran Cratere de Vulcano
Emanations de gaz sulfuriques au Gran Cratere de Vulcano © Kristiina Gaillard

 

Panorama sur les îles éoliennes
Panorama sur les îles éoliennes © Kristiina Gaillard

 

Après l'effort, le réconfort: détente aux sources thermales de Laghetto di Fanghi

Après la descente et un verre au port, une autre expérience indescriptible nous attendait : les sources thermales naturelles de Laghetto di Fanghi.  Traduction : un bassin de boue épaisse et sulfureuse à l’odeur nauséabonde, les bords du bassin brûlant sous les pieds, 2 ou 3 cabines de fortune en guise de vestiaire, des douches sommaires, et quelques bancs où poser vos affaires pendant le bain. Mais l’expérience est mémorable : un bain dans le bassin de boue d’abord, avec le fond qui brûle toujours les pieds… pendant que l’on s’enduit de la glaise.  Ensuite, un plongeon dans la mer à 2 pas où les sources thermales bouillonnent au fond et réchauffent agréablement l’eau de mer même en cette saison tardive.

Sources thermales naturelles de Laghetto di Fanghi
Sources thermales naturelles de Laghetto di Fanghi © Kristiina Gaillard

 

Un peu de hauteur sur l'île de Salina  

Pour des randonnées plus longues, il faut se rendre sur l’île de Salina. Le Monte Fossa delle Felci culmine à 962 m et la randonnée permet de découvrir au départ l’imposant sanctuaire de Santuaria della Madonna del Terzito, avant une montée de 2h environ bien balisée.

Randonnée sur l'île de Salina et Santuaria della Madonna del Terzito
Randonnée sur l'île de Salina et Santuaria della Madonna del Terzito © Kristiina Gaillard

 

 

Elle se fait à travers une végétation abondante et variée pour atteindre le sommet avec de belles vues à l’ouest sur Filicudi et Alicudi. A la descente vers Santa Marina, on domine la pointe sud-est de l’île avec le salin de Lingua, puis Lipari, Vulcano et enfin Santa Marina et Stromboli en arrière-plan. En fin d’après-midi une balade jusqu’au village de Lingua du point sud de l’île (3 km au sud de Santa Marina) était très agréable.

Randonnée sur l'île de Salina
Randonnée sur l'île de Salina © Kristiina Gaillard

 

Village de Lingua sur l'île de Salina
Village de Lingua sur l'île de Salina © Kristiina Gaillard

 

Depuis l’éruption en juillet 2019 l’accès au volcan de Stromboli est interdit ; nous le savions à l’avance. En revanche, nous avons dû également renoncer à la découverte des îles de Filicudi et Alicudi en raison de l’annulation des traversées en bateau pour cause de mer démontée. Ce sont des aléas du voyage, toujours possibles, surtout au printemps et à l’automne.

Stromboli
Stromboli © Kristiina Gaillard

 

 

Les charmes de la Sicile

La déception initiale fût de courte durée car le retour anticipé sur la Sicile nous a permis de découvrir l’immense richesse de cette île qui nous a complètement éblouies ! Elle a quelque chose à offrir à tout le monde et compte à nos yeux parmi les incontournables du bassin méditerranéen.

L’ambiance change du tout au tout dès que l’on pose les pieds sur la Sicile. Après le rythme presque endormi des petites îles en fin de saison, l’arrivée en Sicile est presque un choc : la circulation, le bruit et le tempérament sicilien surprennent ! Mais après un petit temps d’acclimatation, on tombe vite sous le charme. 

La Sicile mériterait un voyage à part, ou même plusieurs, et pour une extension de quelques jours après un séjour sur les Eoliennes vous n’aurez que l’embarras du choix parmi les villes et sites à visiter ! Voici quelques idées, pêle-mêle, de manière succincte :

Sur la route vers l’Etna, il est facile de s’arrêter à Taormine, une jolie bourgade perchée avec son théâtre antique renommé. Hélas, il y a vraiment beaucoup de monde, même hors saison…

Théâtre antique de Taormine
Théâtre antique de Taormine © Kristiina Gaillard

 

Panorama depuis le village perché de Taormine
Panorama depuis le village perché de Taormine © Kristiina Gaillard

 

L’accès au sommet de l’Etna, interdit pour cause d’éruptions, nous sommes quand même montés à Torre del Filosofo à 2940 m d’altitude, accessible à pied, ou en téléphérique et minibus. Certes, on regrette le sommet, mais rien que les étranges paysages lunaires valent le détour. L’Etna ayant eu le bon goût de récompenser nos efforts par une activité régulière de petites explosions environ tous les quarts d’heure dans la matinée, la journée a marqué notre voyage. 

Randonnée à la Torre del Filosofo, face à l'Etna
Randonnée à la Torre del Filosofo, face à l'Etna © Kristiina Gaillard

 

Randonnée face à l'Etna
Randonnée face à l'Etna © Kristiina Gaillard

 

Le patrimoine culturel extrêmement riche de la Sicile est omniprésent tout au long du voyage. En effet, la Sicile et ses îles ont connu au cours de l’histoire l’influence de toutes les cultures méditerranéennes. Les férus de la période classique apprécieront à coup sûr Agrigente et sa vallée des Temples sur la côte sud-ouest.

Vallée des Temples d'Agrigente
Vallée des Temples d'Agrigente © Kristiina Gaillard

 

Vallée des Temples d'Agrigente
Vallée des Temples d'Agrigente © Kristiina Gaillard

 

Les sites baroques les plus connus, Noto, Modica et Raguse, se trouvent dans la partie sud- est de l’île, tout comme Siracuse, jadis la plus grande ville du monde antique, dont le centre historique, Ortygia, charme désormais le visiteur par ses belles places baroques et ses ruelles médiévales, bordées de boutiques d’artisanat, de terrasses et de restaurants.

Syracuse
Syracuse © Kristiina Gaillard

 

Ortygia, centre historique de Syracuse
Ortygia, centre historique de Syracuse © Kristiina Gaillard

 

Avec le recul, quelques mois après ce voyage inoubliable, je crois avoir une petite préférence pour Palerme. C’est une grande ville, un peu triste et sale par endroits, avec des stigmates encore bien présents, de la 2è Guerre Mondiale et de la guerre des clans mafieux. D’ailleurs, une visite à No Mafia Memorial, une fondation anti-mafia avec expo et centre de documentation/librairie ne laisse pas indifférent à ce fléau qui, ici, n’est pas du cinéma.  Mais quelle richesse de patrimoine, quelle vitalité, quelle ambiance festive dès la fin d’après-midi ! J’ai adoré l’immense marché de Mercato del Capo, les puces de Piazza Marina, l’opéra néo-classique Teatro Massimo et la Capella Palatina du palais royal de Palazzo dei Normanni, absolument bluffant ! Bref, il y a de tout, et pour tous les goûts.

Mercato del Capo et puces de Piazza Marina à Palerme
Mercato del Capo et puces de Piazza Marina à Palerme © Kristiina Gaillard

 

Capella Palatina et Teatro Massimo de Palerme
Capella Palatina et Teatro Massimo de Palerme © Kristiina Gaillard

 

Sans oublier les délicieuses spécialités locales

Impossible de parler de l’Italie en général et de la Sicile en particulier sans parler gastronomie. Les Siciliens aiment manger et mangent à toute heure. De petites échoppes de cuisine de rue bordant  places et ruelles proposent des mets variée et colorée. On retrouve dans la cuisine locale toutes les influences des civilisations de l’histoire si riche de l’île. Grâce à son climat favorable et sa géographie si variée, les produits de l’île fleurent bon la mer, la terre et les montagnes : thon, sardines, morue, fruits de mer, agrumes, tomates et aubergines, ou encore capres, pistaches, olives, raisin, fromages de brebis, miel sans oublier le chocolat de Modica… Bien que la 2è région viticole italienne, les vins siciliens sont longtemps restés méconnus en dehors de l’île. Depuis une vingtaine d’années les producteurs oeuvrent pour valoriser la diversité des cépages typiques afin de créer des vins de caractère d’excellente qualité. 

La Sicile s’est retrouvée dans l’histoire à la croisée des routes de la Méditerranée et c’est bien ce multiculturalisme qui en fait une destination d’une variété et d’une richesse incroyables, un incontournable à découvrir - et même à redécouvrir - sans attendre !

 

Ce récit vous a plu? Envie de découvrir les volcaniques îles éoliennes ? Laissez-vous tenter par un de nos séjours au départ de Catane pour goûter aux charmes de la Sicile, de Palerme aux îles Egades. Grand Angle vous propose de découvrir à pied les îles éoliennes, d’île en île pour profiter de superbes panoramas et approcher les impressionnants volcans Etna et Stromboli.

 

Crédits texte et photos: © Kristiina Gaillard

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager l'article sur

newer

older

Idées voyages

Éruption sur l'île de Stromboli, Éoliennes
Randonnée guidée
ITAGP0004

Volcaniques îles Éoliennes

Prochain départ le 11/10/2020
Niveau
Durée
8 jours

à partir de 1 270,00 €

Vous aimeriez également

Mont Saint Michel à vélo
Récits de voyages

Les plus beaux cyclotours de France

C’est le titre du livre de Jean Claude Praire , co-fondateur de Grand Angle : c’est dire si les voyages à vélo, ça...

Grand Angle en pratique
bien choisir son voyage

En savoir plus

Nos photos

Parc national du Mercantour, France
Dolomites de Cortina, Italie
Andros et Tinos, Grèce