Laponie finlandaise, en immersion dans la nuit polaire

Récits de voyages, Récits de l'équipe

Partir et s'immerger dans la nuit polaire de la Laponie Finlandaise, un voyage exceptionnel et magique, avec des paysages hors du commun. C'est ce que nous raconte Laura dans son récit, partie en décembre 2021.


Vue sur une rivière en Laponie
Rivière non gelée en Laponie © Laura Kankaanpää

 

Helsinki, le 25/12/2021

Il est 20h dans le train de nuit.

Nous nous enfermons dans notre mini cabine, tout juste assez grande pour nous allonger et poser nos sacs à dos. La nuit se passe bien, et nous permet de rejoindre facilement Rovaniemi. Cette ville est le point de départ usuel pour rejoindre les différents lieux de Laponie finlandaise. On y trouve le village du père Noël, et tous les services d'une ville. C'est la porte d'entrée du grand nord car on dépasse ici le cercle polaire arctique ! Il est surprenant de voir que, malgré la situation avec le covid-19, on voit de nombreux touristes. On assiste à une scène assez comique avec eux d'ailleurs quand, une fois a l'arrêt de Rovaniemi, la porte du train refuse de s'ouvrir ! Un petit vent de panique se lève avec les passagers avant que finalement nous trouvons une autre porte du train qui est ouverte. Ouf, nous ne restons pas coincés dans ce train qui est super étroit !

Ensuite, nous allons faire un tour au centre commercial de la ville où un covoiturage, trouvé sur Facebook (Blablacar n’existe pas en Finlande) nous attend pour nous emmener à Jerisjarvi (20km de la ville de Muonio). Dans le magasin, on trouve une paire de moufles -50°C à 50€, alors on se dit que ça peut toujours servir :-)

Pour faire les trajets en Finlande, c'est relativement simple, on prend la direction de là où on veut aller et on continue tout droit sur une route qui traverse des forêts à perte de vue. Parfois, un lac fait varier un peu le paysage. Ou il peut y avoir une maison. Mais sinon, ce n'est qu'une ligne droite que l'on suit pendant des heures ! Mais attention, rouler en Finlande, c'est comme passer un col en montagne, mieux vaut regarder la météo avant car ça peut être très compliqué lorsqu'il neige. Il faut également faire attention aux rennes, qui peuvent traverser la route (et il arrive que cela crée des accidents). Heureusement, aujourd'hui il fait beau, et même si le soleil n'apparaît pas, il fait jour pendant quelques heures. Parfois, il y a une petite montée et nous pouvons deviner au loin une infinité d'arbres recouverts de neige. Les paysages sont glacés, immaculés, sublimes. Le froid est saisissant. Mais le cadre grandiose et avec un équipement adapté cela compense largement la rupture avec notre quotidien confortable. De temps en temps, il y a une station service avec des toilettes, un restaurant et une petite supérette. Ces lieux sont très appréciés lors de longs trajets en voiture. C’est pour ça d’ailleurs que beaucoup de personnes choisissent de se rendre en Laponie en avion.

 

La route vers la Laponie
La route en Laponie © Laura Kankaanpää

Les Finlandais n'ont-ils jamais froid ?

Vu de France, surtout par la télé et les médias, cette population est un ensemble de gens très courageux et extrêmement proche de la nature qui vivent dans une sorte de pays merveilleux ou la criminalité n'existe pas, les écoles sont idéales, et tout le monde est heureux. Dans les faits, au grès des rencontres, on réalise que oui la plupart ont un minimum l'habitude de se balader dans la forêt et les lacs qui sont omniprésents dans le pays. Mais on réalise finalement que ce n'est pas si éloigné du quotidien des français hors des villes. Rares sont ceux qui bravent le froid en hiver, ou qui prennent des bains glacés (comme nous avons fait le 25/12, notre challenge de Noël). 

 

Baignade dans l'eau glacée
Baignade dans l'eau glacée © Laura Kankaanpää

La vie quotidienne ici semble très similaire au Québec : on reste au chaud et en intérieur, on se déplace principalement en voiture, on va au centre commercial. Bien sûr il y a quelques personnes qui se déplacent en transport en commun (surtout à Helsinki)  Parfois on fait une petite excursion dehors: balade à pied, ski de fond, patin à glace. Mais surtout, on va au sauna, on lit au coin du feu, et on boit du café. Car le saviez-vous, les finlandais sont les plus gros consommateurs de café au Monde !

 

Du patin à glace en Laponie
Patin à glace © Laura Kankaanpää

 

 

Rauhala, un hameau typique finlandais au bord d’un lac

Pour revenir sur notre périple, après 2h30 de covoiturage, nous arrivons au petit hameau de Rauhala qui fait partie du village de Jerisjarvi (jarvi=lac) et comme dit le nom du village notre hébergement est situé à côté d‘un lac. Le gîte où nous passons la première nuit sert de camp de base aux clients de l'agence Grand Angle qui participent au voyage guidé en ski de randonnée nordique. Le Gîte qui a le même nom que le hameau où il est situé, ‘Rauhala’ est une grande maison rouge, typique parmi des agriculteurs en Finlande. C’est la maison de Hannu Rauhala (d'où vient le nom), le fondateur et guide de Felltrek, qui a décidé de partager son mode et lieu de vie avec les touristes qui ont envie de découvrir la Laponie sauvage. Il a monté son entreprise qui propose des séjours guidés en ski et raquettes autour de sa maison, dans le parc national de Yllas-Pallas.

 

Hameau typique finlandais
Rauhala de l'exterieur © Laura Kankaanpää
Salloon de gita à Rauhala
Salon au gîte à Rauhala © Laura Kankaanpää

Avant le repas du soir, nous faisons un tour en chien de traineau (avec un musher finlandais qui est d’origine Suisse!)  et une petite sortie orientation pour finaliser notre préparation à notre petite expédition dans la nuit polaire !

Après le repas du soir, ‘hirvipaisti’ (plat typique finlandais avec de la viande d’élan), nous discutons avec Hannu des différentes options d’itinéraire pour notre raid de 4 jours. A cause de la chute de neige récente, nous avons dû faire des changements sur notre itinéraire initial. Les marrais et cours d’eaux n’ont pas eu le temps de geler avant la chute de neige et on decide donc plutôt de suivre l’itineraire ‘été’ qui passe plus en altitude, sur la crête. En plus, la neige est plus dure sur le crête où le vent a soufflé et ça aide à avancer, surtôut avec la pulka.

Le raid nordique, est-ce qu’on est prêts ?

Nous partons en autonomie complète pendant 4 jours : vêtements chauds, sac de couchage, nourriture et réchaud. Ainsi que le matériel de survie bien sûr ! Un abri, une pelle, une pharmacie, du Scotch gris, ...et la nourriture la plus calorique possible !

 

Pack de nourriture
Préparatifs avant de partir © Laura Kankaanpää

L'itinérance est prévue de cabanes en cabanes, toujours ouvertes au public et gratuites (similaire à ce qu'on peut trouver dans certains endroits en France comme sur les Hauts Plateaux du Vercors).

Ce genre de voyage ne s'improvise pas bien entendu, il peut se faire grâce aux expériences précédentes : en hiver, nous avons déjà passé plusieurs nuits dehors en Igloo et nous avons fait plusieurs raids à ski en randonnée, en dormant en refuge dans les Alpes. En été, nous sommes habitués à réaliser des itinérances à pied en randonnée sur plusieurs jours en autonomie totale. Enfin, nous avons expérimenté le raid en ski pulka sur les hauts plateaux du Vercors où les conditions de froid à cette altitude peuvent être assez similaires à la Finlande !

Le raid en autonomie en Laponie sauvage

Le 27/12, nous commençons notre raid. Le premier jour, nous avons une météo très favorable et une trace de motoneige qui nous permet d'avancer plus efficacement. Nous réalisons qu'il faut prendre du temps à s’habituer à lire la carte finlandaise avec un échelle de 1:50 000 et courbes de niveau chaque 5m. Les montées font plus peur sur la carte que sur la terrain; il n’y a pas de montées raides comme nous en avons l’habitude dans les Alpes sur notre itinéraire, ouf!

Nous arrivons à notre cabane énorme (qui peut accueillir facilement 16 personnes ) en début d’après-midi. Après une petite sieste à la chaleur de feu, nous repartons pour une petite balade en plus sur les fells autour. C’est un bon exercice de l’orientation de la nuit. Et on a de la chance: au retour le ciel est clair et nous avons une opportunité de voir les aurores boréales! On les voit même encore le lendemain matin avant qu’il fasse jour. Nous préparons notre repas du soir et bien sur un dessert finlandais, Leipäjuusto.

 

Feu
Un bon feu de cheminée pour se réchauffer © Laura Kankaanpää

Les 3 prochains jours, la météo est plus couverte mais quand les nuages bougent, nous voyons le ciel parfois rose, parfois rouge avec les reflets du soleil. Mais le soleil ne se lève pas au-dessus de l’horizon à cette période de l’année, il faut attendre jusqu’au 3 janvier !

 

Kaamos en Finlande
Kaamos en Finlande © Laura Kankaanpää

Les paysages sont très variés: les crêtes sans arbres, les fôrets avec les boulots et sapins tout fins mais grands et couverts par la neige (qui les protège du froid d’ailleurs), lacs et marais gelés, petits kotas (abris avec un poêle) par ci par là… et surtout des kilomètres et kilomètres d'étendues sauvages sans habitations ni personne !

Kota finlandais
Kota © Laura Kankaanpää
Vue sur les sapins finlandais
Sapins finlandais © Laura Kankaanpää

Ce raid a été très formateur, nous avons appris beaucoup de choses importantes pour reussir ce type de expédition. Par exemple:

  • Eviter de transpirer pendant l’hiver: si on transpire et que plus tard on fait un pause, notre transpiration peut gêler et on a vite froid (attention à l'hypothermie)
  • Etudier la carte chaque soir: même si l’itinéraire est balisé, en cas de blizzard, les balises sont difficilement visibles
  • Prévoir un ou deux jours de marge pour l'itinéraire en cas d’imprévu. On avait de la chance; on pouvait avancer tous les jours mais des fois, on peut avoir des surprises !

 

La ligne d'arrivée

Ça y est, nous sommes de retour dans le confort moderne. Dernière étape mémorable, avec un dernier petit col à passer. Grosse expérience de se lever à 5h30 pour voir que dehors il neige, il y a du vent et des nuages... Et il fait noir !  Du coup, on se dit qu'il faut retourner se coucher car le blizzard est trop fort  :-) et attendre 8h du matin (ou il fait encore nuit noire mais ça ne dure que 30 minutes, ensuite le ciel s'éclaire doucement).  Le paysage devient à nouveau grandiose, entre arbres gelés et sommets des tunturi (colines en finnois). Une dernière montée avec la pulka et nous sommes récompensés par la vue d'un troupeau de rennes.

Parfois, on ne voit plus rien mais un coup de boussole et le bon balisage aident quand même à s'y retrouver assez facilement.

La fin de la quatrième journée se fait donc sans encombres mais aura tout de même nécessité du sisu (courage finlandais) pour se lancer. Nous finissons par une descente tranquille où l'on croise des skieurs de randonnée qui font une montée au départ du parking d'accueil de la maison du parc, notre point d'arrivée. Nous sommes contents d'arriver à la fin de notre raid mais en même temps, on s’est dit que on aurait pu rester encore une nuit. C’est sûr qu’on reviendra!

 

Vue sur la crête
Sur la crête © Laura Kankaanpää

Si vous êtes tombé sous le charme de la Finlande, retrouvez aussi le récit d'Isabelle partie pour une semaine de ski de fond, dans la région de Kainuu, à l'est de la Finlande.

Partager l'article sur

Idées voyages

Ski de fond dans le Felltrek en laponie finlandaise
Ski de fond guidé

Felltrek, Laponie finlandaise

Europe - Finlande - Grands voyages - Terres polaires & Scandinavie - Scandinavie - Laponie - FINGS0005
Prochain départ le 05/02/2023
Niveau
Voyage de
8 jours

à partir de 1 135,00 €

0
(6 avis)

Vous aimeriez également