Randonnée Cyclades : trek et vélo, voyage aventure et nature

Des îles de rêve, comme un semis de petits mondes bigarrés au beau milieu des eaux venteuses de la mer Égée. Les Grecs anciens les voyaient former un cercle autour de l’île sacrée de Délos, lieu de naissance mythique d’Apollon. Ils les nommèrent Cyclades de κύκλος (Kiklos), le cercle. Il est étrange de constater que même situées à faible distance les unes des autres, ces îles sont fort différentes les unes des autres. Vous les découvrirez à pied lors de randonnées guidées ou en liberté, ou encore au gré d’un séjour vélo & bateau.

Prenez Santorin, sans doute l’île la plus connue. Elle est encore marquée par l’explosion de son volcan qui eut lieu vers 1600 avant J.C., et eut pour conséquence de détruire la civilisation minoenne. L’île est très prisée des visiteurs du monde entier. Ils viennent contempler le spectacle de ses villages aux maisons blanches, qui s’écoulent comme une coulée de lave marmoréenne sur les couches de cendres volcaniques sombres, empilées sur les flancs de sa caldera, offerte aux rayons du soleil couchant.

Autre île, autre univers : Naxos. La plus grande des Cyclades abrite aussi le sommet culminant de l’archipel à plus de 1000 mètres d’altitude : le mont Zas. À ses pieds – à nos pieds – des vallées boisées de fruitiers et des villages à la blancheur cycladique tandis que des plages de sable font quasi le tour de l’île. La capitale – Chora – localité de 6000 âmes, propose un autre coucher de soleil célèbre de Grèce, avec le portique du temple d’Apollon au premier plan.

« Comme cette île est faite pour la randonnée ! » vous direz-vous en abordant à Kamares, port principal de l’île de Sifnos. Avec un dense réseau de sentiers, des villages authentiques et accueillants, des plages et les tavernes qui vont avec, le temps s’étire et l’on voudrait bien qu’il « suspende son vol » un tantinet. Pourtant, il en reste des îles à voir ! Amorgos ? Un caillou dans la mer ! Diablement séduisante avec sa localité Chora, perchée sur les hauteurs et son célèbre monastère de la Panaghia Chozoviotissa fiché dans la falaise. Et la douceur de vivre – un rien altière – de Folégandros qui vous prendra par surprise lorsque vous découvrirez les ruelles de sa capitale, de retour d’une marche panoramique sur sa côte ouest. Mais comme, en Grèce, tout se finit autour d’un verre ou d’un plat de mezzé dans une taverne, donnons-nous rendez-vous à Paros, dans les ruelles de son port, Parikia, ou à Tinos avant d’embarquer pour Andros au terme d’une semaine qui vous aura mis des « Cyclades plein les yeux » !